Menu

La télé face aux jeunes

Les parents de jeunes enfants doivent contrôler l’écoute de la télé à la maison. Les enfants ont besoin d’une variété d’activités pour se développer. Gérée adéquatement, l’écoute de la télé peut être une composante amusante et éducative de leur routine quotidienne.

les jeunes devant la tele

Les enfants d’âge préscolaire (2-5 ans)

  • Les enfants de cet âge devraient consacrer l’essentiel de leur journée aux jeux et à la socialisation plutôt qu’à l’écoute de la télé. La Société canadienne de pédiatrie recommande un maximum d’une heure par jour. L’American Academy of Pediatrics suggère que les enfants de moins de deux ans ne regardent pas la télé. L’organisme insiste sur le fait que les parents devraient plutôt mettre l’accent sur l’interaction avec leur enfant.
  • Les enfants d’âge préscolaire étant davantage enclins à adopter des comportements violents après avoir visionné des émissions contenant des scènes de violence, les parents devraient limiter leur exposition à de telles émissions, particulièrement les dessins animés. Il est recommandé d’éviter d’acheter les jouets et produits dérivés de ces émissions.
  • Il existe un grand nombre de très bonnes émissions destinées à ce groupe d’âge. Comme les tout-petits aiment regarder la même émission encore et encore, constituez une vidéocassette à partir de leurs émissions préférées.

Les enfants d’âge scolaire (6-11 ans)

  • Parce que la télé empiète sur le temps consacré à la lecture et aux devoirs, il importe de contrôler son écoute. Les études démontrent qu’une à deux heures de télé par jour a un effet négatif significatif sur le rendement scolaire des enfants, plus particulièrement en lecture. (Société canadienne de pédiatrie, 1999)
  • Les bonnes émissions à l’intention des enfants de cet âge étant malheureusement rares, ces derniers ont tendance à regarder des dessins animés et des émissions pour adultes. Les parents devraient rechercher des émissions de qualité destinées spécialement à ce groupe d’âge, ou au grand public, telles les émissions sur la nature, les comédies de situation pour la famille ou les sports. Soit comme d’autres parents suggerent à leurs enfants de consulter casinoclic.com pour se distraire et aussi se faire de l’argent.

televison aux ado

  • Les enfants de 6 à 11 ans (comme les tout-petits) aiment les dessins animés et s’identifient aux superhéros. Les parents devraient superviser étroitement l’écoute d’émissions de ce genre afin de minimiser le côté « agressivité » et de maximiser l’aspect « imaginaire ».

Le syndrome du « achète-moi ça »

  • Les parents de jeunes enfants doivent composer avec l’influence commerciale de la télévision chaque fois qu’ils amènent leurs enfants au supermarché ou au magasin de jouets. Certaines émissions pour enfants sont ni plus ni moins des messages publicitaires d’une demi-heure faisant la promotion de produits. Lorsque vos enfants sont jeunes, vous pouvez réduire considérablement les effets du « achète-moi ça » en limitant leur écoute télévisuelle aux émissions éducatives ou aux chaînes sans publicités.

Les contenus terrifiants

Les jeunes enfants ont de la difficulté à faire la distinction entre fiction et réalité. Leurs parents doivent donc les protéger des contenus télévisuels violents ou terrifiants. Les recherches démontrent que les enfants souhaitent être tenus à l’écart des images médiatiques qui leur font peur ou les perturbent. Dans une étude réalisée en 2000 par la Ryerson University, on demandait à 900 enfants âgés de 2 à 12 ans s’ils devaient être protégés de certains types d’émissions, de sites Web et de jeux vidéo. Plus de la moitié (64 %) ont déclaré que oui et seulement 19 % ont dit que non.

Il est important pour les parents de comprendre ce qui constitue une programmation appropriée aux diverses étapes de développement d’un enfant. Dans son livre Mommy, I’m Scared (Maman, j’ai peur), Joanne Cantor décrit les types d’images qui font le plus peur aux enfants en fonction de leur âge :

Entre 2 et 7 ans :

  • les images – fantastiques ou réalistes – naturellement effrayantes comme les animaux méchants, les monstres, les personnages grotesques, mutilés ou difformes ;
  • les transformations physiques, spécialement quand un personnage normal devient grotesque ;
  • les histoires rapportant la mort d’un parent ou des sévices sur un enfant ;
  • les désastres naturels exposés crûment.

Entre 7 et 12 ans :

  • les dangers et menaces plus réalistes, surtout les événements qui peuvent affecter les enfants ;
  • la violence ou la menace de violence.